Philosophie...

ARTICLE ASSEMBLEE GENERALE

                                                 
 
Retour
suite

Les gardes-pêche

       
            Les gardes-pêche particuliers, sont des bénévoles qui acceptent de mettre une partie de leur temps de loisirs, au service de  la collectivité des pêcheurs. Ils sont commissionnés par l'AAPPMA ou la fédération, agréés et assermentés auprès du tribunal d'instance.
  Ils sont formés spécialement à cette fonction. Par cette qualité, ils sont habilités à constater toute infraction commise, relative à l'environnement, la pêche en eau douce et la gestion des ressources piscicoles, dès lors qu'elle porte préjudice au détenteur du droit de pêche (AAPPMA, fédération etc...). Leur champ d'action s'étant sur tout le domaine géré par l'AAPPMA ou la fédération qui les a commissionné.
    Ils sont un maillon très important du système de la pêche associative en France. Ils ne sont pas là pour compliquer la vie des pêcheurs mais pour veiller à la bonne compréhension des règlements en vigueur et leur application.

Réservez-leur un bon accueil, ils accomplissent simplement leur mission et ce sont aussi des pêcheurs.

        Dans un monde qui se voudrait parfait, et donc originel, on pourrait penser que la pêche à la ligne dans nos rivières n'aurait que peu d'impact sur les cheptels. Mais la réalité est toute autre. L'homme a mis son intelligence au service du progrès et de son bien être, tout en négligeant son environnement. Ce faisant, il a oublié l'essentiel, c'est à dire que nous appartenons nous-même à cette nature que nous continuons de maltraiter jour après jour.

      Cette nature nous rappelle d'ailleurs régulièrement à l'ordre en mettant en évidence les désastres écologiques dont nous sommes responsables. Les rivières ont payé et continuent de payer au prix fort nos erreurs de discernement. Dans ce contexte, continuer de pêcher comme il y a un siècle serait faire une politique de l'autruche. Les pêcheurs s'ils ne peuvent tout éviter, peuvent réfléchir à l'avenir, et prendre soin de la ressource. Cela passe par une réflexion sur nos pratiques et une politique raisonnée des prélèvements ( voir Carnets de pêche).

      Nous ne sommes pas, Dieu merci, dans un pays où il faut obligatoirement tuer toutes ses prises pour se nourrir. Si la pêche devait se résumer à remplir uniquement son panier, elle serait bien triste...Une belle truite sauvage dans un courant est un magnifique animal, dans une assiette, ce n'est plus qu'un poisson.

      La pêche est un espace de liberté qui permet à chaque pêcheur de s'exprimer, en prenant ses responsabilités. Consommer de temps à autre un poisson que l'on a pêché est un plaisir naturel, remettre à l'eau avec précaution, un poisson sauvage qui vous a procuré de belles émotions est d'une part une bonne action, d'autre part un plaisir rare.

Nous ne sommes plus au temps des gladiateurs, où celui qui a perdu le combat doit aussi perdre la vie.

      Nous souhaitons tous que nos enfants, nos petits enfants, et plus tard leurs descendants, puissent  longtemps admirer les truites sauvages et les ombres de la Bourne. Alors essayons de faire en sorte que nos pratiques d'aujourd'hui leur permettent à leur tour de prendre autant de plaisir que nous en avons eu.



                                                                                                                                                        Le bureau de l'AAPPMA
(Carnets de pêche)